Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société de consommation

  • Les choses - Georges Perec

    les-choses.jpgDerrière cette histoire des années soixante, se cache une histoire symbolique du mieux-être matérialiste qui a envahi l’occident depuis les trente glorieuses. Perec a senti avec une profonde acuité  le rêve de l’époque moderne enfermée dans les objets, les choses. Sa technique littéraire basée sur la description et la récurrence de ses listes, de ses énumérations, de ses litanies s’accorde parfaitement avec son propos. Les objets envahissent les pages et notre esprit comme ils envahissent les rêves de ce couple dont l’histoire est contée. Un couple banal, modeste, en attente d’un mieux-être qui ne viendra jamais, tellement il est rêvé. Et derrière ces jeunes personnes se profile un thème intemporel traité ici avec un recul, qui le rend triste et un peu ridicule aussi. Ce couple, selon le mot terrible de Marx, veut rendre intolérable l’intervalle entre l’idéal et le réel. Ils sont à la recherche d’un absolu de bonheur que ne peuvent apporter les choses. Comment accepter simplement que l’idéal, leur but n’a pas plus de valeur que l’inévitable cheminement vers sa réalisation ?