Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

souffrance

  • Tour de France, Tour de souffrance – Albert Londres

    tour-de-france-tour-de-souffrance-albert-londres-9782842613457.gifEn 1924, Albert Londres a suivi le tour de France pour le compte du journal le Petit Parisien. Ce petit livre est une compilation de ces articles. Pour la petite histoire, ce tour de 15 étapes pour 5 425 km a vu la victoire d'Ottavio Bottechia, premier italien à s’imposer sur la grande boucle. Pour le reste, ce sont des articles courts qui racontent à la fois un tour aujourd’hui disparu et un tour éternel.

    S’agissant du tour disparu, un vent de romantisme, peut-être malvenu, fait frissonner le lecteur. Celui d’aujourd‘hui qui regarde peut-être avec nostalgie cette course barbare du passé, mais aussi celui d’hier qui découvrait une forme d’aventure extraordinaire et d’exploit à travers les mots d’Albert Londres. Un tour de France complètement fou donc avec d’improbables départs nocturnes, des règlements un peu absurdes, des accidents violents et une débrouille permanente: les réparations artisanales des crevaisons, des chaines cassées, la solitude du coureur sans oreillette et j’en passe.

    Sinon une part de ce que décrit Albert Londres peut encore être retrouvée aujourd’hui par les amateurs de la pédale. Déjà le dopage à l’aide de toutes sortes de produits, même si on est vraiment loin de la triste ère de suspicion et de médicalisation malsaine du cyclisme actuel. La ferveur populaire est aussi présente, avec cette admiration sans bornes pour ces gars qui laissent leurs tripes sur la route, mais aussi les excès d’enthousiasme dans le soutien aux coureurs et sur la route du tour, voire une certaine agressivité, la fascination un peu gênante pour la souffrance physique à un très haut niveau.

    Ce n’est pas parce qu’il est consacré au sport et plus précisément au vélo qu’il faut croire que Tour de France, Tour de souffrance diffère des autres livres d’Albert Londres. Avec ces articles, le grand reporter reste inscrit dans sa tradition de dénonciation de la souffrance des hommes, de la violence qu’ils subissent, du système qui la produit. Ce sur quoi s’attarde Albert Londres, c’est vraiment sur la folie d’une entreprise telle que le tour de France pour les coureurs. Dans chacun des articles, il revient sur les conditions de ces « forçats de la route », des passionnés livrés à une mécanique qui les broie physiquement bien sûr, mais aussi mentalement. La course elle-même, le public, l’organisation, le règlement, tout semble concourir à une certaine aliénation et à la souffrance de ceux qui apparaissent comme « de bons gars » sous la plume du reporter.

    Tour de France, Tour de souffrance, c’est du Albert Londres dans le texte : une fausse candeur, un humour un peu grinçant,  un verbe acéré qui n’hésite pas à piquer là où ça fait le plus mal, une posture d’humaniste aussi.

  • Jérusalem – Gonçalo M. Tavares

    9782757830840.jpgPourquoi Jérusalem comme titre alors que de la cité sainte il n’est pas vraiment question dans ce livre ? A cause du psaume 137 ci-dessous :

    Sur les bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion. 
    Aux saules de la contrée nous avions suspendu nos harpes.
    Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, et nos oppresseurs de la joie : Chantez-nous quelques-uns des cantiques de Sion !             
    Comment chanterions-nous les cantiques de l’Éternel sur une terre étrangère?             
    Si je t’oublie, Jérusalem, que ma droite se dessèche !    
    Que ma langue s’attache à mon palais, si je ne me souviens de toi, si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie !               
    Éternel, souviens-toi des enfants d’Édom, qui, dans la journée de Jérusalem, disaient : Rasez, rasez jusqu’à ses fondements!             
    Fille de Babel, la dévastée, heureux qui te rend la pareille, le mal que tu nous as fait!  
    Heureux qui saisit tes enfants, et les écrase sur le roc!  

    Comme le psaume, Jérusalem est un livre sombre, dur et âpre, d’une beauté noire et mystérieuse. Comme le psaume, il parle, à sa manière, de la détresse de la perte, non pas d’une terre en l'occurrence, mais de l’amour, du bonheur et de l’innocence. Il parle également de la malédiction et de la folie de ceux qui subissent cette perte; il porte un souffle de colère, de violence, de haine et de vengeance.

    Il y a dans Jérusalem quelque chose d’envoûtant qui ne quitte pas le lecteur. La présence continue, l’obsession du mal et de la folie suintent du livre et de ses personnages habités par des pulsions mortifères et en équilibre instable au-dessus du gouffre. Voici donc le docteur Busbeck spécialiste de la folie qui travaille sur une grande œuvre théorique sur l’histoire de l’humanité et la terreur, Mylia et Ernst, deux amants schizophrènes, Hinnerk l’ancien soldat hanté par la peur qui ne quitte jamais son arme, Hannah la prostituée défraichie, Kaas le petit handicapé physique et mental, le docteur Gomperz, rival de Busbeck et directeur d’hôpital psychiatrique.

    « Le fou n'est l'homme qui a perdu la raison. Le fou est celui qui a tout perdu, excepté la raison » a écrit Chesterton. Les personnages de Gonçalo M. Tavares ont effectivement tous perdu quelque chose qui leur est essentiel, sinon tout perdu. Et ils errent, âmes en peine, dans la nuit, dans cette cité sans nom, cette Babylone.  Ils se dévoilent dans un ballet maîtrisé, avancent vers l’abîme en montrant les liens qui les unissent, croisant le fer de leurs obsessions, de leurs folies respectives, le long des chapitres courts, incisifs.

    Gonçalvo M. Tavares installe rapidement une atmosphère pesante dans ce Jérusalem. Son écriture acérée et saisissante marque autant que son propos. Se jouant de la chronologie et de certaines conventions narratives avec une structure romanesque légèrement complexe, il délivre une œuvre dense et rythmée qui n’hésite pas à flirter avec un lyrisme obscur et à développer une théorie philosophique du mal. On ne sort pas complètement indemne de Jérusalem qui fait écho au dérangeant et fascinant apprendre à prier à l’ère de la technique du même romancier.

    Une œuvre singulière, torturée et marquante.