Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

traficcorruption

  • Une histoire simple – Leonardo Sciascia

    Sciascia.jpgUne histoire simple. La veille d’une fête de village quelque part en Sicile, un appel parvient au commissariat. Giorgio Roccella a découvert dans sa maison qu’il n’habitait plus depuis plusieurs années quelque chose qu’il souhaite montrer aux policiers. Ces derniers ne se présenteront que le lendemain à son domicile pour trouver son cadavre. Si pour le brigadier qui mène l’enquête, il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’un meurtre, le préfet préfère contre toute logique privilégier la piste du suicide. Seulement voilà, les indices s’accumulent progressivement, le tableau de cette enquête se complexifie et plus rien n’est aussi simple qu’il n’en a l’air… Très rapidement le brigadier découvre que beaucoup de gens mentent et que ce n’est pas un hasard si d’autres cadavres apparaissent. La maison de Giorgio Roccella semblait être le théâtre et le nœud de bien des choses suspectes.

    Une histoire simple est un petit plaisir qui condense un peu du meilleur de Léonardo Sciascia. Une intrigue policière fascinante qui le place dans le registre du polar qu’il enrichit du contexte sicilien, faisant la part belle à la mafia, à ses trafics, à son influence et à la corruption généralisée. Concis mais dense et précis, complexe tout en étant limpide et saisissant, Léonardo Sciascia fait montre de tout son talent. Habile dans sa construction, une histoire simple est également aidée par une langue un peu moins alambiquée qu’elle ne peut l’être dans d’autres productions de l’écrivain italien. Tout est suggéré avec justesse dans ce récit mâtiné d’une pointe d’ironie et qui porte un regard lucide et cruel sur la corruption des mœurs et sur la Sicile.

    Solide, prenant, plaisant.